Partagez | 
 

 Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Al-Jawza
avatar
Grand Manitou
Messages : 38
Date d'inscription : 18/10/2016

MessageSujet: Contexte    Mar 21 Nov - 1:28
Les Humains l'ont fait. Au XXIIème, ils ont colonisé l'espace. Il faut dire que la Terre devenait trop petite pour une population en constante augmentation et qui malgré quelques prises de consciences et démarches écologiques, ne cessaient de polluer gravement son environnement.
Au XXIIème donc, la technologie ayant suffisamment évolué, les grandes puissances terrestres s'allièrent pour lancer un projet économique d'envergure, un projet d'avenir : la colonisation extraterrestre.
La navette Spacecraft, assemblée en orbite, accueillit une centaine de personnes de 23 nationalités différentes : des ingénieurs, des physiciens, des biologistes, mais aussi des ouvriers spécialement formés pour le projet et tout un tas d'autres professions (dont je ne ferai pas la liste ici) embarquèrent à bord et quittèrent l'orbite terrestre le 29 mai 2191. D'autres navettes suivirent la première, acheminant toujours plus de personnel et de matériel afin de rendre Amalthée, l'un des nombreux satellites de Jupiter viable pour la vie humaine. Huit ans plus tard, le 13 octobre 2199, les premiers colons posèrent le pied dans la première ville-bulle du satellite.
En 2202, les grandes nations décidèrent de coloniser Europa, un des nombreux voisins d'Amalthée. Le chantier fut moins long que le premier et les premiers colons débarquèrent le 3 janvier 2209.

34 ans plus tard, en 2243, alors que les colons continuaient, à intervalles réguliers, d'augmenter la population des deux satellites, une nouvelle technologie fut découverte : le saut interstellaire. En réalité, cette technologie ne datait pas d'hier, mais personne n'avait jusque là réussit à la mettre en pratique sans désintégrer les navettes d'essai avec tout ce qu'elles contenaient.Cette année-là, pourtant, un homme trouva enfin le moyen de rendre les sauts possibles. En jargon scientifique, ça donne un truc incompréhensible pour le commun des mortels, mais dans un langage que tout le monde peut comprendre, cela signifiait qu'on pouvait voyager très vite et très loin. Comme la vitesse subliminique de Star Wars, ce vieux machin datant de quelques siècle et que tout le monde a oublié ? Oui, exactement comme ça. Enfin non, pas exactement comme ça. En fait, ça ressemble plus aux saut FTL de Battlestar Galactica – que tout le monde a oublié aussi, c'est ça, t'as tout compris. Ah, et pour les deux du fond qui se posent peut-être la question, le type qui a rendu ça possible s'appelait Ignace Ringstone. Mais lui aussi, tout le monde l'a oublié. Et si l'Histoire n'a pas retenu son nom, c'est parce que la technologie associée au saut s'appelle... Ben, la technologie du saut. Pauvre homme.
Quoiqu'il en soit, le voyage à l'extérieur du système solaire était désormais possible.

En conséquence, une petite quinzaine d'années plus tard, les puissants de la Terre (toujours les mêmes, on ne change pas une équipe qui gagne (et qui gagne gros, évidemment)) désignèrent la planète élue pour accueillir la prochaine vague de colons. Et avant elle, bien sûr, les vagues de personnels qualifiés envoyées pour préparer le terrain. Parce qu'évidemment, on ne partait pas à l'autre bout de la galaxie sans un minimum de préparation sur place. Tailler les haies et la pelouse, mettre de la citronnade au frais, les bases d'usage, quoi.
Avant cela toutefois, il fallu construire la station orbitale terrestre et les stations intermédiaires qui permettraient d'effectuer les 4 sauts nécessaires pour atteindre Chiron dans la constellation du Centaure (avis aux fans de chevaux !).
En 2266, une date facile à retenir pour les devoirs d'Histoire, les premiers colons s'installaient sur leur nouvelle planète.

Fort de cette réussite attestée par les décennies qui suivirent, les grandes puissances, après d'actives et longues recherches, désignèrent Gliese 581d comme future planète humaine. Malheureusement, le projet fut une immense déception au même titre qu'une incommensurable perte financière pour tous les investisseurs : après la construction des 18 stations intermédiaires (c'est très loin, oui), le projet fut abandonné. Il s'avéra que l'atmosphère et le sol de la planète auraient demandé une terraformation si importante que personne n'osa investir davantage sans garantie de résultats probants. Cependant, puisque les stations étaient construites et fonctionnels, il décidèrent de limiter les dégâts en construisant tout de même un complexe scientifique comprenant entre autre une grosse branche bio(-logie, -étique, -chimie, -cellulaire, etc.) qui mettaient à l'abri les autres planètes des risques de contamination liés à ces recherches. Autant dire, en terme clair, qu'en plus d'être la base scientifique la plus performante et autonome du Système Prime (cf. le détail sur les [url="lien"]planètes habitée[/url]), c'est également la plus sûre en terme de protection multimondiale. C'est le trou paumé de la galaxie, oui. À moins d'une obligation ou d'une passion sans borne, peu sont motivés pour s'exiler là-bas. Même avec leurs familles à leurs côté.
D'ailleurs, on notera que les enfants de scientifiques, s'ils n'épousent pas la vocation de leurs parents, quittent souvent Ptolémée pour ne jamais y revenir. On les comprend. On compatit également.

Après cet échec cuisant et le remaniement des grandes puissances mondiales (suite à une crise économique sans précédent), les projets de colonisation extra-système solaire furent mis en pause. Pour très longtemps. Il fallut que s'écoulent une centaine d'année avant qu'un nouveau projet de cet ordre voit le jour – sans compter une batterie d'analyses étudiées à la virgule près... Ce qui ne veut pas dire grand chose quand la planète concernée est à 36 années-lumières de la Terre.

Néanmoins, en 2426, la construction des stations intermédiaires entre le système solaire et la constellation des Voiles fut lancée, en direction de la future Argo. Le chantier dura dix ans et la terraformation put débuter au printemps 2439.

Début juin 2447, les colons quittent la terre à bord d'une flotte démesurée que les technologies modernes permettent. Vingt-deux vaisseaux spatiaux quittent à tour de rôle l'orbite terrestre depuis la station originelle et font route avec 50 000 personnes et un montagne et demi de matériel pour un voyage de huit mois et quelques (huit mois c'est déjà long, on va pas chipoter pour quelques jours). Parmi eux trois gros transporteurs : l'Antarès, le Regulus et le Bételgeuse.

Seulement voilà, il semblerait qu'un groupe agissant dans l'ombre ne soit pas d'accord avec cette colonisation. Un groupe qui se fait appelé Transition et qui se soulève contre le choix de coloniser d'autres planètes au lieu de s'occuper de la principale, la plus importante, la première de toutes : la Terre.
Le 17 décembre 2447, une date qui restera dans les annales aussi sûrement que la mort de Rakh Vlad McLaod en 2272 (révisez votre Histoire si vous ne savez toujours pas qui est ce grand homme !), la catastrophe se produisit. Un attentat détruisit une grand partie de la station 28, emportant avec lui les vaisseaux de la flotte encore présents autour.
Le Bételgeuse... blabla
Une seconde explosion... blabla









Ébauche de contexte

Le Système Prime, regroupant la Terre et deux autres planètes de systèmes solaires voisins, décida de coloniser une nouvelle planète. Le projet fut présenté en commission, approuvé, validé et mis en place. Une flotte de 50 000 personnes environs quitta le SP vers ce nouvel horizon. Grâce aux sauts FTL, la flotte devait atteindre son objectif en cinq mois.
Malheureusement, le projet avait créé des dissensions et un puissant groupe terroriste avait infiltré un des vaisseaux de la flotte. Celui-ci explosa après trois mois de voyage, entraînant avec lui la perte de cinq autres vaisseaux, trop proches pour limiter les dégâts provoqués par les débris lancés à pleine vitesse. De nombreux autres vaisseaux furent endommagés. Deux d'entre eux durent être abandonnés et l'ensemble des passagers dispatchés dans le restant de la flotte.
Sur la vingtaine de vaisseaux, douze pouvaient encore faire le voyage. Mais les actes terroristes ne s'arrêtèrent pas là et sabotèrent les coordonnées FTL.

À ce jour, le Bételgeuse fait partie des vaisseaux ayant reçu des coordonnées faussées. Le vaisseau est perdu dans une zone inconnue de l'espace.

Ses 6584 passagers sont désormais seuls et ne possèdent pas les ressources nécessaires à l'établissement d'une colonie. Ils sont condamnés à errer, avec l'espoir de trouver un jour soit un système connu, soit une planète suffisamment accueillante pour les accueillir sans le matériel de base.

// Autre possibilité : impact de débris, style champs de poussières, débris, etc. //

// NEWS // Il y a eut un attentat sur une des stations relais. Un certains nombre de vaisseaux étaient déjà partis. Parmi ceux qui restaient : le Bételgeuse. L'anneau de lancement subit une effroyable explosion qui emporta une partie du vaisseau à quai et une partie de l'anneau. Des vaisseaux à proximité furent touchés par les débris. Conséquence, plusieurs vaisseau en perdition au sein de la flotte. Le Bételgeuse récupéra des "naufragés" du vaisseau accidenté de l'anneau (appartenant à la flotte donc). L'amiral refusa de porter secours à d'autre vaisseau que ceux en partance pour Argo, laissant les équipes de la station et d'autres vaisseaux en attente s'en charger.
Il secouru des rescapés du vaisseau accidenté + un autre. Puis ils attendirent [un mois] la réparation de l'anneau et l'arrivée de vaisseaux prioritaires de secours pour un ravitaillement supplémentaire. Puis ils reprirent leur voyage. Le Bételgeuse était le suivant à partir. Cependant, un second attentat survint au moment de l'expulsion. Le vaisseau fut propulsé... Mais ne parvint jamais à la station suivante. L'explosion avait dévié sa route à l'instant du départ. En conséquence, il est perdu dans l'espace, à une grande distance de la station la plus proche (encore faut-il savoir où elle se trouve).
Pour une chance optimale de retrouver l'espace connu, le vaisseau a opéré un retournement à 180° et file aussi vite que possible vers son point d'origine. Ce qui peut prendre des années si la propulsion s'est faite correctement... Les calculateurs de bord sont pessimistes à ce sujet, l'explosion ayant de fait - peut-être - augmenté la poussée initiale.
Bien sûr, l'explosion a également provoqué des dégâts sur une partie de la coque, et certains niveaux son privés de système de survie. Pour se déplacer dans ces corridors, il faut un équipement spécial contre le froid et des réserves d'oxygène.


+ manque d'eau, rationnement, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betelgeuse.forumactif.com
 

Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Murder Party n°4 : une soirée entre personnes de bonne compagnie règles et contexte
» [1] Contexte / Histoire
» Contexte de base de Lycampire
» Raphia (LEGION)
» CONTEXTE ▷ l'histoire du forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue à bord ! :: Fiche technique du Bételgeuse :: Boîte noire-